Embrouille entre les Semko et la Fondation

semko iota

Il y a quelques jours, les frères Semko devaient discuter avec la Fondation de leur nouveau système de consensus. Finalement la réunion a été annulée à la dernière minute et ils dévoilent aujourd’hui un nouveau site pour un projet crypto parallèle.

Roman et Vitaly Semko

Les Semko sont deux frères, tous deux développeurs au sein d’une société qu’ils possèdent. Ils travaillent depuis de nombreux mois sur IOTA en toute indépendance et à titre gratuit. La fondation leur a d’ailleurs proposé un job à temps plein par le passé. Ils avaient alors refusé car ils préféraient garder leur indépendance et continuer à faire grandir leur boite. On leur doit notamment les services Nelson, Field, Romeo ou encore Hercules.

Mais depuis quelques semaines maintenant, ils sont au centre de toute l’attention avec Nikita. Ce nouveau projet est un système de consensus qu’ils ont inventé. Selon eux, il est si puissant qu’il devrait permettre de complètement désactiver le Coordinateur IOTA. Suite à cela, une réunion a donc été planifiée entre les développeurs et la Fondation pour d’évaluer les possibilités de leur algorithme.

La réunion sur Nikita

Initialement prévue début décembre, cette réunion a été annulée à la dernière minute faute d’accord de confidentialité. Les frères Semko voulaient absolument que la Fondation signe un accord restrictif et unilatéral afin de protéger leur découverte. Le hic c’est que la loi allemande ne permet pas ce genre d’accord unilatéral pour une fondation à but non-lucratif. Aucun accord n’ayant pu être conclu, la réunion à tout bonnement été annulée. Jusque-là, rien de bien catastrophique.

Ce midi, Vitaly Semko a publié un article pour dévoiler leur éclairage sur cette histoire. Et là où ça semble coincer un peu plus, c’est dans le fait qu’ils comptent monétiser leur algorithme. Ils prévoient en outre de déposer un brevet pour leur système avant d’en révéler le code au grand public. Toute utilisation de ce code se ferait donc avec leur accord (et probablement contre des royalties). A l’heure actuelle, cette histoire n’est pas encore très claire. À notre connaissance, il n’est en principe pas possible de déposer un brevet pour un algorithme dans l’union européenne. Toujours est-il que ce genre de système payant est incompatible avec les principes de l’open-source nécessaires à toute crypto qui se respecte.

semkoin iotaSlide de présentation du projet des frères Semko à des investisseurs potentiels. Leaké par tangleblog.com. On y voit clairement qu’ils comptent monétiser leur système pour 40 000€/licence.

La suite d’outils Phybr

Dans ce même article de blog, on y apprend également que les frères ont mis sur pied la suite Phybr. Ces outils sont décrits comme « La prochaine génération d’auto-peering distribué, de consensus et de technologies de registres ». Le système semble donc être construit sur les bases développées pour IOTA. Il se divise en deux principaux produits : PhybrManager, orienté client et PhybrNodeware, orienté serveur. Cette dernière partie est elle-même divisée en quatre sous-couches. Les trois premières se basent respectivement sur Nelson, Nikita et Romeo et une quatrième vise à l’ajout d’extensions via une API.

Le système Phybr possédera églament son propre token (le Semkoin). Toutefois il n’y a pas d’ICO prévue actuellement. Le système se veut orienté Business-to-Business (B2B). L’acquisition des tokens se fera donc probablement via un financement direct dans la société des deux frères.

L’idée globale semble être une sorte de super-système capable d’être intégré à toutes les formes de registres possibles. Il est encore bien évidemment trop tôt pour statuer sur la faisabilité du projet, d’autant plus qu’aucun code n’est encore fourni. D’après les frères, Phybr sera également utilisable avec IOTA. Ils comptent d’ailleurs continuer les développements déjà bien avancés pour IOTA (Nelson 2.0,…).

L’avis de la Fondation

Bien qu’au départ la Fondation se montrait mesurée à la suite de l’annulation de la réunion, les derniers messages semblent changer de ton. Dans une suite de posts sur Discord, on peut y lire que David Sønstebø (co-fondateur et co-directeur de IOTA) est assez en colère sur la façon dont se sont déroulées les choses.
Il estime que les Semko ont bâti leur réputation en utilisant celle de IOTA pour finalement faire cavalier seul. Il trouve aussi qu’ils ont construit pas mal de leurs systèmes sur bases des idées originales de IOTA. Et il est donc assez énervé qu’ils décident de lancer leur propre projet et de semer la discorde et des inquiétudes dans la communauté IOTA. Il mentionne également à plusieurs reprises le fait que d’après lui Nikita est basé sur le concept des groupements économiques formalisé en premier par la Fondation. Finalement, David dit qu’en tentant d’obtenir un brevet sur Nikita, les Semko tentent de barrer la route et de profiter encore plus de la Fondation.
Par ailleurs, le mois passé, Roman a fait appel à la communauté pour recevoir des Raspberry en donation et des fonds afin de pouvoir tester Nikita sur un réseau réel. Suite à ça, plusieurs membres de la communauté, rejoints par David, on l’impression d’avoir été utilisé par les Semko à des fins personelles.

Roman et Vitaly n’ont pas encore répondu à ces accusations. Ils mentionnent plusieurs fois le fait qu’ils comptent continuer de développer des outils fonctionnant avec IOTA. D’après eux Phybr pourra également être utilisé avec le Tangle. Dans un second post, Roman rappelle d’ailleurs qu’il ne souhaite pas entrer en guerre avec qui que ce soit.

Conclusion

Alors concrètement, quels seront les impacts pour IOTA ?
Les spéculations vont bon train sur reddit et discord. Certains voient les Semko créer un fork de IOTA plus puissant et complètement décentralisé, d’autres prédisent leur échec. Personnellement, nous pensons qu’il est encore bien trop tôt pour statuer. Quand (et si) le code de Phybr sera dévoilé, il sera sans doute possible d’y voir plus clair.

Une chose est certaine, IOTA reste et restera toujours open-source. Dans ce contexte, rien ne peut demeurer caché éternellement, ni être soumis à de fortes règles de propriété intellectuelle. Par ailleurs, ça implique aussi qu’une tierce partie pourra toujours prendre le code et en faire ce qu’elle veut.

Globalement, les apports des Semko sont très largement acclamés par l’ensemble de la communauté IOTA. Leur désinvestissement possible peut être vu comme une perte pour tout l’écosystème IOTA. Toutefois, il ne faut pas oublier qu’il existe des dizaines d’autres développeurs qui œuvrent dans l’ombre et qui font un travail formidable. Plus les jours avancent, plus leur nombre grandit.
Et puis, il faut aussi retenir qu’à aucun moment la fondation ne s’est reposée sur les apports externes. Ils continuent de progresser dans la bonne voie et à un rythme effréné quoi qu’il arrive.

Laisser un commentaire